Zoo

Etterbeek | Théâtre | Atelier 210

Dates
Du 15 au 26 septembre 2020
Horaires
Tableau des horaires
Atelier 210
Chaussée Saint-Pierre, 210 1040 Etterbeek
Contact
http://www.atelier210.be
info@atelier210.be
+32 2 732 25 98

Moyenne des spectateurs

starstarstarstarstar-half

Nombre de votes: 2

Zoo

Imaginez trois jolis lacs de montagne au-dessus de Grenoble. Très beaux, très frais. C’est là que vous convie Jean-jean, un artiste bidon qui aime rappeler l’importance de la nature et de la solidarité. Il est accompagné de son assistant personnel, Pedro, un robot-caillou sur pattes. C’est là aussi, en pleine montagne, qu’il rencontre Gioia, sculptrice et lieutenant, et Grégoire, un ingénieur aussi proche de la retraite que du suicide.

Zoo, c’est l’histoire de Jean-jean et de sa naïveté, de Pedro et de son intelligence piratée, mais c’est surtout l’histoire d’une rencontre entre trois êtres un peu nazes, inadaptés à la modernité numérique ; plus proches de la définition de l’intelligence humaine que de l’intelligence artificielle, celle qui bat même les champions d’échec et de go.

Jean le Peltier a le don d’écrire des histoires d’une apparente naïveté, mais d’une totale acuité. Auteur et narrateur à la fois, il trouve ce qu’il y a d’un peu grandiose dans le simple. Il nous donne ici l’occasion de voir un spectacle avec une intelligence artificielle, pour se réconcilier avec notre imperfection humaine.

Distribution

Ecriture, conception, mise en scène : Jean Le Peltier / Interprétation : Marion Menan, Jean Le Peltier/ Création Lumière : Stine Hertel/ Création Son : Christophe Rault/ Régie générale : Benjamin Lasserre/ Contributions dramaturgiques : Vincent Lécuyer, Antoine Defoort/ Diffusion : Pierre-Laurent Boudet

Laissez nous un avis !

2 Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Samedi 19 septembre 2020, par Martin Edgar

Zoo, la difficile et réjouissante entreprise d’être en vie

La nouvelle création de Jean Le Peltier, formidable conteur théâtral, nous emmène dans les entrelacs d’un verbe délié explorant les peurs et les imperfections. Dans son paysage montagneux et mental, il invite à considérer nos failles pour y laisser passer la lumière. Une exploration théâtrale, performative et fabuleuse donnant corps à l’empathie.

A l’Atelier 210, la chorégraphie du coronavirus donne une saveur particulière à cette ouverture de saison, en n’enlevant rien à la joie de retrouver une salle pleine – aux bulles de distanciation physique près – et un spectacle enthousiasmant. Pour ouvrir le bal 20/21, Jean Le Peltier nous présente Zoo, sa nouvelle création. Et quel plaisir de (re)découvrir, dans le caniculaire été indien bruxellois, la moustache et le verbe de ce touche-à-tout, à la fois auteur, metteur en scène et interprète !

Avec une économie de moyens scéniques laissant une grande part à l’imagination et à la parole, Zoo déploie, autour des Lacs Robert, au-dessus de Grenoble, les récits tissés de trois personnages inadaptés : Jean-Jean, un artiste naïf, Gioia, une lieutenant en randonnée et Grégoire, estimant de près la possibilité d’un suicide. Polyphone, Jean Le Peltier assume ces individualités dans leurs questionnements avec une sensibilité touchante, à nue. C’est le prétexte de photographie d’une chaîne humaine, projet artistico-solidaire de Jean-Jean, qui amène le développement du récit qui, volontiers, digresse dans des zig-zags de pensée et les différents niveaux narratifs. Avec Zoo, la résistance de chacun à ses propres limites autant que la relation aux intelligences numériques sont interrogées. Ainsi de la narratrice omnisciente qui, à travers les appareils numériques, espionne les existences d’autrui ; ainsi de Pedro, le robot-caillou, assistant de Jean-Jean qui s’essaie humain.

Le point de départ de Zoo, ce sont les "zooids", de mini-robots, pouvant se déplacer et assister l’homme pour des taches bénignes. Devant un de ces prototypes enrayé et ralenti, Jean Le Peltier ressent une émotion profondément humaine : l’empathie. C’est bien là le cœur du sujet et le nerf du spectacle : la création de situations de compréhension et d’empathie dans lesquelles l’artiste, en les incarnant, essaie de décortiquer ses personnages dans leurs intentions et leurs interactions. Jean-Jean, dans sa performance artistique avortée de la "naturalité », se confronte au manque de considération de ses contemporains. Gioia et son humour déroutant et pince-sans-rire s’avère vulnérable dans sa faiblesse de tout ce qui inclut des chiffres. Et Grégoire, son licenciement récent et son humanité enfouie faisant décliner les interrogations existentielles.

Sur le grand tapis gris faisant office de scène, de montagnes et de lacs, Jean Le Peltier nous entraîne dans cet exercice d’empathie, en donnant enveloppe aux fragilités. En décortiquant le "faire-semblant" du théâtre, enrobant son spectacle d’adresses assumées au public, il donne à voir, en sensibilité, la beauté de l’humain et la gouaille de la parole dans une fable profondément rassurante.

Atelier 210


Chaussée Saint-Pierre, 210
1040 Etterbeek