Saison One 2.0

Ixelles | Théâtre | TTO - Théâtre de la Toison d’Or

Dates
Du 12 décembre 2019 au 18 janvier 2020
Horaires
Tableau des horaires
TTO - Théâtre de la Toison d'Or
Galerie de la Toison d'Or, 396 1050 Ixelles
Contact
http://www.ttotheatre.be
info@ttotheatre.be
+32 2 510 05 10

Moyenne des spectateurs

starstarstarstar-halfstar-off

Nombre de votes: 6

Saison One 2.0

Mais oui, Saison One 2.0 est une vraie série comme à la tévé, avec des acteurs qui bougent et des épisodes qu’on ne raterait sous aucun prétexte. Son pitch ? Tout simplement la chronique de la saison d’un petit théâtre belge. Car l’envie nous dévorait de rire un grand coup de nous-mêmes, dramaturges, acteurs et metteurs en scène tellement fragiles, angoissés, névrosés, mais aussi tellement attachants. Au fil des épisodes, nos auteurs vous embarqueront pour une croisière qui s’amusera à croquer le milieu théâtral dans ce qu’il a de plus juteux ! Cliffhangers insoutenables garantis.

Distribution

Mise en scène Marie-Paule Kumps et Bernard Cogniaux
Avec Catherine Decrolier, Emmanuelle Mathieu, Frédéric Nyssen, Pierre Poucet, Martine Willequet, François Heuse
Scénographie Anne Goldschmidt
Costumes Laurence Van H
Création lumières Gaëtan Vandenberg
Décor sonore Laurent Beumier

Laissez nous un avis !

8 Messages

  • Saison One 2.0

    Le 13 décembre 2019 à 15:09 par juliette berkowicz

    je n’ai pas vraiment aimé le "scénario" de cette pièce un peu folle certes amusante mais inégale mais j’ai vraiment beaucoup apprécié les acteurs qui se sont bien appropriés les rôles assez caricaturaux. bon vent….

    Répondre à ce message
  • Saison One 2.0

    Le 13 décembre 2019 à 15:31 par loulou

    Une belle palette de comédiens que j’ai beaucoup appréciés ;une mise en scène efficace ;une audibilité parfaite.
    Malheureusement, après l’entr’acte,j’ai trouvé que c’était trop long.
    Dommage car le début m’avait plu.

    Répondre à ce message
  • Saison One 2.0

    Le 14 décembre 2019 à 09:42 par paul

    je n ’ai pas trouve cette pièce très humoristique sinon elle peut représenté l’envers d’une pièce de théâtre d’une manière plaisante pas plus. un peu déçu.

    Répondre à ce message
  • Saison One 2.0

    Le 16 décembre 2019 à 12:05 par C. ThéO

    Une mise en abyme qui démarre lentement, bien que les comédien.ne.s s’approprient professionnellement leur rôle, les ingrédients sont là, mais la mayonnaise ne prend pas...
    Et vlam ! ça décolle enfin dès l’entrée en scène de la metteuse en scène en mode ’Castafiore’, ça envoie !!!
    Le jeu des comédien.ne.s s’il est parfait, il manque ce petit quelque chose : le liant...(la magie que l’on retrouve toujours au Magic Land Théâtre).
    Un agréable moment au TTO qui peut mieux faire, car nous a souvent habitué.e.s à mieux...

    Répondre à ce message
  • Saison One 2.0

    Le 18 décembre 2019 à 09:29 par Charlotte V.

    Superbe palette de comédien.ne.s qui embarquent avec talent leur personnage ’réel et.ou fictif’. début de croisière ’calme plat’ jusqu’à l’a montée à bord de l’explosive metteuse en scène (le personnage) !!!
    Costumes & décor 5*, sympa l’écran d’entracte qui a arraché beaucoup de sourires.
    Du bon TTO, le rythme comme un léger désaccord...

    Répondre à ce message
  • Saison One 2.0

    Le 18 décembre 2019 à 10:49 par HannaTannaH

    ... comédien.ne.s haut en couleur qui déroulent généreusement leur rôle.
    Du ’bon’ TTO qui nous sert souvent du trèèès bon, voire exceptionnel.
    Le jeu des comédien.ne.s (et leurs costumes complètement raccord) vaut à lui seul le déplacement avec un gros gros coup de cœur pour Pierre Poucet et son magistral dé.doublement qui donne un ’certain’ relief à la fin de la pièce.
    Il manque un petit quelque chose, mais quoi... un regard ’hors guidon’ ?

    Répondre à ce message
  • Saison One 2.0

    Le 20 décembre 2019 à 13:03 par Ferre

    Géniale cette "Saison" ... !!!
    Les comédien(e)s sont merveilleusement typés ... le dirlo bougon, la couturière bébête et amoureuse, la metteuse en scène excentrique ... le normal ... oui quand même ... et j’en passe ... ;-)) Une très belle mise en scène ... :-)))
    Nous avons passé un merveilleux moment de bonne humeur et de rires, de bcp de rires ... dans un rythme adorablement soutenu ...
    En résumé : à voir absolument !!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Mercredi 25 décembre 2019, par Jean Campion

Un Théâtre vivant au rythme d’un sitcom

Grands amateurs de séries, Marie-Paule Kumps et Bernard Cogniaux ont créé en 2007, une pièce de théâtre, qui reprend les codes des sitcoms, en particulier ceux de "Friends". Joli succès mais goût de trop peu : chaque épisode n’avait été joué que 10 fois. Cette frustration les a poussés à refondre le projet. "On a retrouvé nos personnages comme de vieux amis qu’on avait un peu oubliés, mais avec qui on se sent tout de suite à l’aise. On leur a retravaillé le costume, on les a mis dans de nouveaux face à face et on a écrit la version 2.0". Quatre épisodes nous plongent dans le quotidien d’un théâtre belge, réveillé par l’irruption d’une metteuse en scène révolutionnaire.

Marc (Pierre Poucet), son directeur, est fier d’avoir engagé, pour le prochain spectacle, cette Nadia Garaud. C’est un homme ambitieux, mais brouillé avec les réalités matérielles. Il faut le voir se servir d’un micro. Grâce à sa diplomatie, il réussit souvent à faire travailler les autres à sa place. Pourquoi Cécile (Martine Willequet) ne rédigerait-elle pas, comme l’an dernier, le discours qui lance la saison ? Refus net. La "dévouée" secrétaire, qui n’a plus qu’un quart temps, oblige le patron à ouvrir les yeux sur les difficultés financières. Dans son vestiaire, Isabelle ( Catherine Decrolier), la costumière, aime faire la parlotte. En particulier avec Marc, dont elle est amoureuse. Très disponible, elle aide David (Frédéric Nyssen) à répéter son texte. Ce comédien , qui n’a plus la cote, s’accroche à son rôle, comme à une bouée de sauvetage. Mais il n’a pas pris la peine de lire la pièce. Aussi, sous le contrôle implacable d’Isabelle, il patauge lamentablement, en apprivoisant des répliques nébuleuses.

Confronté à un jeune et brillant partenaire, il mesure son déclin. Benjamin (François Heuse) fait toujours confiance à sa bonne étoile. Lors du casting, aucun doute, il EST le Gustave de la pièce. Quelle chance d’être dirigé par une metteuse en scène, dont il a déjà apprécié le talent ! Idéaliste, ce petit prodige ne se laisse jamais démonter. On lui refile, comme une patate chaude, l’animation théâtrale des gamins du quartier, le samedi matin. Stressé, il cherche la bonne approche, le ton juste et... est récompensé par une chance insolente. L’épreuve de force devient un conte de fées... Auréolée de ses succès parisiens, Nadia Garaud (Emmanuelle Mathieu) se livre à un grand numéro. Bien campée sur ses jambes, puis trônant sur un fauteuil roulant, elle orchestre les répétitions, avec une autorité despotique. Au grand dam de David, son souffre-douleur. Les autres acteurs essaient d’exploiter des accessoires surprenants et de comprendre ses justifications ésotériques.

Pour rire de leur métier, Marie-Paule Kumps et Bernard Cogniaux se servent de caricatures mais aussi de coups de griffe. David représente le comédien qui lutte contre l’oubli. Il gagne sa vie en faisant du doublage ou de la pub. Quand il essaie de figurer dans une prochaine distribution ou de faire jouer une pièce, qu’il est fier d’avoir écrite, il a droit à de vagues promesses. Dans ce microcosme, on s’embrasse beaucoup, mais on savoure les critiques cruelles qui démolissent un concurrent. Egocentrisme et solidarité sont inextricables. Cécile, la secrétaire, qui s’étiolait dans son bureau, revit grâce à la scène. En participant à une aventure collective, elle satisfait son besoin de reconnaissance.

"Saison one 2.0" se coule dans le moule du sitcom. Courtes séquences enchaînées par des jingles et ponctuées de photos des personnages prenant la pose. Le décor pratique permet de sauter souplement d’une scène à l’autre et d’imprimer au spectacle un rythme nerveux. Truffée de rebondissements providentiels et de quiproquos classiques, l’intrigue nargue la vraisemblance. Peu importe. Six très bons comédiens nous font beaucoup rire, en nous montrant l’envers du décor. Nous y découvrons des personnages parfois grotesques, souvent risibles mais attachants. Un bémol : quelques scènes s’essoufflent ou abusent des mêmes gags. Cependant des clins d’oeil, comme ces appels malicieux à notre patience, nous montrent que les auteurs misent sur notre complicité. Pari gagnant !

Jean Campion

TTO - Théâtre de la Toison d’Or


Galerie de la Toison d’Or, 396
1050 Ixelles