Ridicules ténèbres

Bruxelles | Théâtre | Théâtre de Poche

Dates
Du 10 mars au 4 avril 2020
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre de Poche
Chemin du Gymnase, 1 A 1000 Bruxelles
Contact
http://www.poche.be
reservation@poche.be
+32 2 649 17 27

Moyenne des spectateurs

starstarstarstar-offstar-off

Nombre de votes: 1

Ridicules ténèbres

« Et Dieu créa une grosse mitrailleuse et il créa un pick-up et il créa une entreprise française qui fabrique des munitions traçantes et installa la mitrailleuse sur la surface de chargement du pick-up et se mit à tirer comme un dingue des munitions traçantes dans les ténèbres et c’est comme ça que le ciel a été créé. »

Ridicules Ténèbres est l’histoire d’un voyage… Dans cette version moderne teintée d’absurde, l’Afghanistan, l’Afrique et les Balkans succèdent au Congo de Joseph Conrad et au Vietnam de Coppola.

Dans leur bateau, l’adjudant-chef Pelletier et le caporal Dorche remontent le fleuve Hindou-Kouch avec comme mission de retrouver le capitaine Détanger pour l’éliminer. Ce faisant, ils s’enfoncent dans une zone de crise mondialisée et y retrouvent une faune atypique : des fous de guerre, des prêtres, des réfugiés…

Leur embarcation, radeau de la méduse occidental, est à l’image d’un continent à la dérive qui finit par tanguer pour se retrouver face à elle-même, face à son incapacité à accepter l’autre. À l’heure où l’Europe ferme ses frontières et brade ses valeurs humaines, Ridicules Ténèbres nous fait entendre la voix de ceux qui combattent le repli sur soi.

Une fresque épique, moderne, drôle, mise en scène par Olivier Boudon (Quartier 3, destruction totale)

Distribution

Traduction Pascal Paul-Harang | Mise en scène Olivier Boudon | Assistanat Nelly Latour | Avec Benoît Verhaert, Pierre Sartenaer, Jean-Benoît Ugeux, Jessica Fanhan et Lucas Meister | Scénographie Olivier Wiame | Lumières Marc Defrise | Son Loup Mormont | Costumes Carine Duarte

Laissez nous un avis !

1 Message

  • Ridicules ténèbres

    Le 9 mars à 23:57 par afrg

    Pffffffff ! Qu’en dire ? Les comédiens font leur boulot mais cette pièce semble avoir été écrite par un auteur sous l’emprise de substances aussi hallucinogènes qu’illégales. Quant à la comparer à l’œuvre de Conrad ou celle de Coppola, faut oser ! Des prétentions de profondeur, mais au final, rien qu’1h45 de vacuité et d’ennui que l’inconfort des bancs du Poche n’autorise pas à fuir pour se refugier dans une réconfortante et douillette somnolence.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Théâtre de Poche


Chemin du Gymnase, 1 A
1000 Bruxelles