Parc

Etterbeek | Théâtre | Atelier 210

Dates
Du 4 au 15 juin 2019
Horaires
Tableau des horaires
Atelier 210
Chaussée Saint-Pierre, 210 1040 Etterbeek
Contact
http://www.atelier210.be
info@atelier210.be
+32 2 732 25 98

Moyenne des spectateurs

starstarstarstar-halfstar-off

Nombre de votes: 8

Parc

Nous sommes dans un parc d’attraction aquatique. Les spectacles d’animaux se succèdent, le public est au comble. Soudain, le drame se produit sous les yeux des dresseurs : la cheffe du staff est dévorée en plein show par l’animal vedette, l’orgue Tatanka. Cet évènement plonge l’équipe dans une folie galopante, les amenant brusquement à entrevoir l’envers peu reluisant du décor. Comment se remet-on d’un tel traumatisme ?

PARC est une réflexion sur les réactions humaines face au choc et à l’imprévu qui nous fait sortir du rêve. On passe du champs au contre-champs, à l’instar de la société de l’ultra diverstissement qui nous fascine tout autant qu’elle nous répugne.

Un cauchemar à l’odeur de sang et de chlore, une comédie noire qui exhume les désenchantements de la génération « Sauvez Willy ».

Distribution

Collectif la Station - Ecriture et mise en scène : Collectif La Station / Interprétation : Cédric Coomans, Elena Doratiotto, Sarah Hebborn, Daniel Schmitz & Kirsten Van Den Hoorn / Scénographie : Valentin Périlleux / Lumière : Octavie Piéron / Regard extérieur : Marion Lory / Soutien à la dramaturgie : Olivier Hespel

Laissez nous un avis !

7 Messages

  • Parc

    Le 8 avril à 13:08 par mauvever

    Vu au théâtre de l’Ancre à Charleroi
    Deux femmes ,deux hommes qui dressent des orques dont l’orque vedette Tatanka ,lors d’un show une dresseuse est mortellement blessée et dévorée par celle-ci ,le drame entraîne notre petite bande dans un cauchemar collectif, c’est prenant,vif,la nuit suivant l’accident se passe entre folie et rêves éveillés ,le tout joué de maîtresse façon par Lars,Anke,Kania et Nicolai ,d’excellents acteurs . S’ il y a du" sauvez Willy" dans cette pièce ,le spectacle s’adresse quand même à un public roué aux drames,aux représentations un peu glauques et autres comédies noires à l’odeur de sang ,mais ici c’est bien aéré par le chlore, ou plutôt par le talent des quatre comédiens du "collectif la station " De l’excellent théâtre ,à voir !
    Ph.neus (mauvevert)

    Répondre à ce message
  • Parc

    Le 5 juin à 14:37 par rvdm0112

    Une tragi-comédie noire de belle facture qui se déroule dans un parc aquatique . Dommage que les performances incontestables des interprètes aient été écornés par une diction souvent peu ou mal audible au niveau de la salle

    Répondre à ce message
  • Parc

    Le 5 juin à 18:55 par loulou

    Je suis tout à fait de l’avis de rvdmO112.
    Une idée originale avec une excellente mise en scène ;hélas un texte que je n’ai pu apprécier à sa juste valeur car en partie inaudible (mauvaise diction et bruits malencontreux dans la salle).

    Répondre à ce message
  • Parc

    Le 5 juin à 23:34 par Afrg

    Écriture défaillante qui n’exploite pas ou prou le sujet. La seconde partie pâtit encore plus que la première d’un flagrant manque de rythme. Dialogues plus qu’approximatifs.
    A retravailler pour y donner de la consistance, du tempo et du sens, à défaut d’esprit...

    Répondre à ce message
  • Parc

    Le 6 juin à 09:12 par pascal1

    Tragi-comédie avec une mise en scène bien appropriée mais des textes malheureusement difficilement audibles.

    Répondre à ce message
  • Parc

    Le 6 juin à 22:45 par abernard

    j’étais au 1er rang, j’ai donc tout capté. Il y a des sous-titres en NL qui peuvent aider. J’ai bien aimé le rythme lent qui permet de s’imprégner du texte. Bravo

    Répondre à ce message
  • Parc

    Le 9 juin à 00:06 par atshepsout

    Les "Dents de la mer’’ dans une piscine, au théâtre , bonne idée ! Mais dommage que le ressac des fauteuils en bois de l’atelier 210 empêche de profiter pleinement de la douleur et des angoisses murmurées des "animateurs" sur scène
    A travailler.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Mercredi 5 juin 2019, par Didier Béclard

Cauchemar dans le grand bassin

Dans « PARC », le Collectif La Station se penche sur les réactions humaines face au choc, à la mort et plonge dans les coulisses d’un parc aquatique pour traiter du monde du spectacle et de certaines de ses absurdités. Une comédie sombre qui donne à réfléchir.

Sur une musique de clavecin, on découvre l’envers du décor, les coulisse d’une action qui se déroule hors champ pour le spectateur. Le rideau qui se lève et descend (quand il veut bien) nous permet de découvrir, par intermittence, l’ambiance, les reflets de l’eau et la musique du spectacle, les cris de la foule. Le spectateur ne voit rien du show qui se déroule dans le grand bassin, c’est son imaginaire qui travaille.


Leslie Artamonow
Nous sommes dans un parc aquatique, Lars, Kania, Anke et Nicolaï sont dresseurs d’animaux marins. Ils remplissent des seaux de poissons et s’apprêtent à accompagner leur leader et coach (motivation et implication) Laora pour le grand show avec l’orque vedette Tananka et là, le drame se produit. La dresseuse en chef se fait dévorer par l’animal sauvage.


Leslie Artamonow
Pour les quatre dresseurs survivants, le choc est dur. Ils passent la nuit au parc aquatique désormais désert et tentent ensemble de se remettre du malheur qui vient de les frapper. Leur métier, c’est leur passion, leur moyen d’exister, ils perdent leur emploi qui les définissait socialement, tout leur monde s’écroule. A l’amertume et la tristesse se mêle la désillusion de ces dresseurs face à la disparition de ce que l’on croyait immuable, mais aussi le désenchantement par rapport au monde du spectacle qui semble avoir de moins en moins de limites. Brutalement, nous sommes ôtés du rêve dans lequel la société du spectacle nous avait plongé.

Le Collectif La Station (composé de Eléna Doratiotto, Sarah Hebborn, Cédric Coomans et Daniel Schmitz) s’est inspiré d’un fait réel qui s’est déroulé au SeaWorld d’Orlando en 2011. Fruit d’une écriture collective, « PARC » s’intéresse aux réactions humaines face au choc, à la mort, dans un être humain ou d’univers et au désarroi. La pièce emprunte également quelques codes au monde du cinéma – après tout les quatre membres du collectif appartiennent à la génération « Sauvez Willy » -, à commencer par le hors champ où le spectaculaire n’est jamais donné à voir mais suggéré. Toute la force de « PARC » repose sur l’utilisation de ce procédé.

Au final, cette comédie noire, cynique par moment, met en scène des personnages drôles, largement secoués par ce qu’il leur arrive, cruels, pas toujours cohérents mais toujours terriblement humains.

Didier Béclard


Leslie Artamonow
« PARC » du Collectif La Station, créé à L’Ancre – Théâtre Royal à Charleroi, présenté jusqu’au 15 juin 2019 à l’Atelier 210 à Bruxelles, 02/732.25.98, www.atelier210.be.

Atelier 210


Chaussée Saint-Pierre, 210
1040 Etterbeek