Muzungu

Ixelles | Théâtre | Rideau de Bruxelles

Dates
Du 27 octobre au 14 novembre 2020
Horaires
Tableau des horaires
Rideau de Bruxelles
Rue Goffart, 7 A 1050 Ixelles
Contact
http://www.rideaudebruxelles.be
contact@rideaudebruxelles.be
+32 2 737 16 00

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

Muzungu

Les images décolorées surgissent. L’Afrique. Bujumbura. Un Boeing qui atterrit sur une piste dérisoire – et la vie qui commence.

Vincent est né au Burundi. Il y a passé les 7 premières années de sa vie. Dans le glossaire de son enfance : bananier, papayer, barza, potopot, Ruzizi et Tanganyika. Mais s’y trouve aussi couvre-feu, coup d’État, Hutu et Tutsi. Vincent raconte. Il explore devant nous la mémoire familiale, pétrie de mille images, odeurs, sensations, anecdotes savoureuses. Pétrie aussi des contradictions propres à un Muzungu (homme blanc) d’Afrique, qui s’interroge sur ses racines et son héritage.

Écriture : Vincent Marganne
Mise en scène : Serge Demoulin
Assistanat à la mise en scène : Blanche Van Hyfte
Assistanat stagiaire : Raphaël Daem
Scénographie : Noémie Vanheste
Créateur son : Marc Doutrepont
Création vidéo : Toussaint Colombani
Lumière : Dimitri Joukovsky
Régie : Stanislas Drouart
Régie lumière : Gauthier Minne
Habillage : Nina Juncker

Lansman Éditeur, 2020.

Production Rideau de Bruxelles, La Coop asbl.
Avec le soutien de Shelterprod, Taxshelter.be, ING et du Tax-Shelter du gouvernement fédéral belge.
Le texte de la pièce a été écrit en résidence aux Studios de Virecourt/Compagnie MAPS.

Distribution

Avec Vincent Marganne et Edson Anibal

Laissez nous un avis !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Mardi 8 juin 2021, par Didier Béclard

Souvenirs d’enfance, souvenirs d’Afrique

L’auteur et comédien belge Vincent Marganne est parti de douze bobines de films d’archives familiales pour raconter son histoire au Burundi. « Muzungu » met en scène un homme blanc et un homme noir et questionne l’héritage complexe et douloureux du passé colonial.

La neige tombe derrière une vitre embuée. Entre deux crachotements, un poste de radio diffuse une rumba congolaise. Au milieu de la pièce dépouillée, une malle métallique exhale le souvenir d’un long et lointain périple. Une voix apostrophe « Vincent, c’est vrai que tu es né en Afrique ? Comment ça se fait que t’es pas noir ? » Il a beau être né au Burundi, Vincent Marganne restera là-bas un muzungu, un homme blanc, un étranger.
Le temps passe comme une flèche, il se revoit en 1972 lorsque sa famille quitte Bujumbura pour rentrer définitivement en Belgique. La famille rentre mais ce n’est pas un retour au pays pour l’enfant qui est né et a passé les sept premières années de sa vie en Afrique. Son pays, c’est le Burundi, la Belgique c’est juste la terre des vacances. Et le défi n’est pas seulement de revenir d’Afrique et d’affronter le froid des vrais hivers en culottes courtes.
L’écriture de « Muzungu » prend naissance après la découverte, en 2012, dans le grenier familial à Stavelot, de douze bobines de films 8 mm et super 8, quatre heures trente d’images tournées par le père de Vincent Marganne, entre 1963 et 1975. Une sélection de ces images projetées en toile de fond égrène les souvenirs de cet « âge où l’on naît à chaque instant », le Collège du Saint-Esprit, la piscine, le projet du paternel de créer et d’entraîner une équipe de basket, les Kiriri Boy’s qui enchaîneront les titres. Mais Vincent Marganne se demande où sont ses souvenirs, tout ce qui n’a pas été filmé, les voix, les sensations, la chaleur moite, le fracas des pluies, l’insouciance et l’innocence de l’enfance ?
Le père a effectué son premier voyage en Afrique en 1963, avec celle qu’il a épousée un mois auparavant. Ils ont 22 et 23 ans. Objecteur de conscience, il part effectuer un service civil comme professeur de mathématiques et de sciences dans cette ancienne colonie qui vient d’accéder à l’indépendance un plus tôt. Coopérant donc pas colonial, ce qui n’empêche pas d’avoir des boys à la maison.
L’année 1971 est marquée par la tournée de l’équipe de basket en Belgique, elle marque aussi le début du compte à rebours. En avril 1972, des groupes hutus tentent de prendre le pouvoir. L’insurrection est réprimée au prix de massacres qui feront de 100.000 à 200.000 victimes.
Parmi les souvenirs surgissent aussi les événements, le couvre-feu, des cadavres allongés dans l’herbe à un barrage routier, les trois membres de l’équipe de basket menacés qui recevront l’aide du père dont les prises de position le pousseront vers la sortie et le retour au pays.
Dans un propos centré sur le rapport à l’enfance, au père, à la famille, à l’Afrique, Vincent Marganne s’interroge sur ses racines et son héritage. Sans faire l’impasse sur ce déchaînement de violence notamment par le témoignage d’un de ces trois garçons, devenu aujourd’hui grand-père, dont le récit est porté par le comédien belge d’origine guinéenne et angolaise Edson Anibal, présent tout au long de la pièce. Ainsi l’homme noir né en Europe fait contrepoint à une parole sur l’Afrique écrite par un homme blanc né en Afrique. « Aucun muzungu ne peut se soustraire au fait d’être muzungu ».

Didier Béclard

« Muzungu » de Vincent Marganne, mise en scène de Serge Demoulin, avec Vincent Marganne et Edson Anibal, jusqu’au 12 juin au Rideau de Bruxelles, 02/737.16.01, www.rideaudebruxelles.be.
_

Rideau de Bruxelles


Rue Goffart, 7 A
1050 Ixelles