La Dame à la camionnette

Centre culturel d’Ottignies-LLN | Théâtre | Atelier Théâtre Jean Vilar

Dates
Du 16 au 20 novembre 2021
Horaires
Tableau des horaires
Centre culturel d’Ottignies-LLN
Av. des Combattants 41, 1340 Ottignies-Louvain-la-Neuve
Contact
http://www.atjv.be
reservations@atjv.be
+32 80 02 53 25

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

La Dame à la camionnette

Un récit qui croque avec humour et humanité les travers de la société britannique contemporaine.

Londres, début des années 70. Une excentrique vieille dame en guenilles, qui semble habiter dans sa camionnette, demande au dramaturge Alan Bennett la permission de garer son « van » devant chez lui… Entre disputes, extravagances et situations drôlatiques, la cohabitation va durer quinze ans !

Bennett, en excellent conteur, saisit leur duo et livre, au-delà des anecdotes, un tableau très juste du Londres des années 70 et 80, de sa bourgeoisie progressiste et de ses exclus.

Il fallait une comédienne de démesure pour interpréter ce rôle, Maggie Smith y mit tout son génie tant au théâtre qu’au cinéma. Ici, Jacqueline Bir est apparue comme une évidence.
D’abord par son parcours théâtral similaire à celui de Maggie Smith et parce que la profession doit pouvoir rendre hommage à des acteurs rares en leur offrant des rôles à la hauteur de leur carrière.
Alain Leempoel

Distribution

De Alan Bennett
Avec Jacqueline Bir, Bernard Cogniaux, Patrick Donnay, Frederik Haugness, Isabelle Paternotte

Laissez nous un avis !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Mardi 12 octobre 2021, par Dominique-hélène Lemaire

Histoire vraie... La dame à la camionnette

en tournée !

Notre immense comédienne nationale Jacqueline Bir, 87 ans, s’est emparée avec Alain Lempoel, son metteur en scène, du rôle de Miss Shepherd dans « The Lady in the Van », un superbe film de la BBC réalisé par Nicholas Hytner (2015) et qui passe sur Netflix. On la comprend aisément, les éloges ont été dithyrambiques. Le film est adapté par Alan Bennett des mémoires qu’il a écrites pour la London Review of Books où il raconte une histoire de relations mère-fils haute en couleurs. Un sujet qui la passionne.

Miss Sheperd est une sans-abri rebelle, hautaine et acariâtre qui a forcé Bennett à la laisser finalement parquer son camping-car délabré, fait-maison, devant chez lui, dans son allée, au cœur du quartier londonien réputé de Camden. Cela durera de 1974 à 1989, au lieu de ...quelques semaines. Le voisinage bon chic bon genre ne rêve que de la voir partir, tandis que des vauriens rêvent de renverser le véhicule. Cette Miss Shepherd pourrait bien être le double sauvage et imaginaire de sa propre et sage petite mère bourgeoise, très réelle, qui commence à perdre la tête et qui risque de se retrouver bientôt dans un home. Lui en profite pour se dédoubler à son tour en deux personnages : l’homme qui vit sa vie et celui qui écrit. « I live, you write, that’s how it works ! » La réalité vs. la fiction. A propos de création, Bennett réalise que l’on ne projette pas dans l’écriture celui que l’on pense être mais que c’est en écrivant que l’on découvre qui l’on est.

La Miss Shepherd a un caractère épouvantable. Sulfureuse en diable, elle ne dit jamais merci et ne supporte pas la moindre action de type charitable. Cette femme, qui a passé sa prime jeunesse chez les nonnes, qui a été éduquée et parle français, fut même une pianiste talentueuse – et qui a fait même ambulancière dévouée sous le blitz – semble devoir se défouler en s’embarquant dans son taudis à roulettes, d’une culpabilité secrète. Elle exprime dans la première partie du spectacle un chapelet sans fin de lamentations tandis que ses voisins de rue bien famée répriment difficilement leur dégoût du concerto d’odeurs répugnantes qu’elle dégage.

Mais si on n’a pas vu le film, on ne sait pas qu’elle en est arrivée là pour un délit de fuite suite à une collision accidentelle avec un jeune écervelé à moto. C’est ainsi qu’elle s’est retirée brutalement du monde… et des lumières de la rampe. La voilà même poursuivie par un maître chanteur, ancien flic ! Son frère l’a fait colloquer dans un asile psychiatrique … Elle en est venue à détester la musique qui était toute sa vie, la prière en mieux. Mais il est intéressant de voir comme elle fascine celui qui l’accueille sur son terrain. Car lui, de son côté, doit domestiquer les culpabilités qu’il éprouve vis-à-vis d’une mère étouffante en fin de vie et qu’il laissera emporter dans un home… . La clocharde au caractère de chien qui veut désespérément rester incognita, lui sert de catalyseur et de d’éclaireur sur ses inquiétudes profondes. Ah ! les magnifiques guenilles signées Ronald Beurms !

Quelques reproches s’appliquent néanmoins à une mise en scène à la fois trop proche – on ne peut pas faire du copié-collé du film de Netflix – et trop lointaine : il manque plein de morceaux, omis on ne sait pourquoi, qui brisent véritablement la ligne dramatique. Quelle lourdeur dans l’entreprise ! Et puis, malgré toute l’admiration que l’on puisse avoir pour Jacqueline Bir, si fine et bouleversante dans les « Conversations avec ma mère », elle n’arrive pas à la cheville de la splendide Maggie Smith, tellement plus convaincante et chatoyante. Si attachante malgré son horrible caractère ! Le débit scandé comme un métronome de notre comédienne belge devient lancinant à la longue, si pas carrément soporifique dans la première partie du spectacle fort chaotique et décousu. Bon, la seconde partie sauve enfin les meubles… au vu de l’histoire qui prend enfin forme plus excentrique et au vu des nombreuses problématiques qu’elle soulève. Ouf ! L’adaptation belge veut camper sur l’ironie grinçante et le surréalisme, tandis que la version anglaise s’avère beaucoup plus humaine… et plus plausible ! Les si célèbres « Conversations avec ma mère »se poursuivent, mais sur un ton bien plus amer et pessimiste.
Dominique-Hélène Lemaire

Atelier Théâtre Jean Vilar


Place de l’Hocaille
1348 Louvain-La-Neuve