L’abattage Rituel De Gorge Mastromas

Bruxelles | Théâtre | Théâtre de Poche

Dates
Du 12 mars au 6 avril 2019
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre de Poche
Chemin du Gymnase, 1 A 1000 Bruxelles
Contact
http://www.poche.be
info@poche.be
02-649.17.27

Moyenne des spectateurs

starstarstarstar-halfstar-off

Nombre de votes: 3

L’abattage Rituel De Gorge Mastromas

Le théâtre est plein de sublimes personnages maléfiques
qui pactisent avec le mal : Macbeth de Shakespeare,
Faust de Goethe…, voici peut-être le pire d’entre eux :
Gorge Mastromas.
Gorge Mastromas est un salaud et l’assume. Il peut. Il a
l’argent et le pouvoir.
Adolescent, Gorge est aimable et prévenant, mais jamais
la vie ne le récompensera de sa gentillesse. Au contraire,
elle va le confiner aux seconds rôles : il est transparent,
invisible... À 20 ans, tandis que son employeur est
au bord de la ruine, une chance unique s’offre à
Mastromas de faire partie du camp des vainqueurs. Il
ne s’embarrasse plus des convenances, et s’approprie ce
qui lui plaît, jusqu’à devenir un des chefs d’entreprise les
plus prospères du monde... Quitte à surfer sur la morale.
L’empire de Gorge Mastromas, il le bâtit sur trois règles
d’or : 1. Quand tu veux quelque chose, prends-le ; 2. La
seule chose requise pour prendre ce que tu veux c’est
ta volonté absolue et ta faculté de mentir ; 3. Ne pense
jamais aux conséquences. Ne regrette jamais.
Avec un humour corrosif, Dennis Kelly et Jasmina Douieb
nous proposent une pièce épique clairement à charge de
l’ultra-libéralisme, infiniment drôle et provocante… Kelly
est l’un des grands dramaturges britanniques actuels. Le
Poche a créé notamment ses excellents Orphelins et Love
& Money.

Distribution

Traduction de Gérard Watkins / Mise en scène : Jasmina Douieb / Assistanat : Lara Hubinont Avec Yoann Blanc, France Bastoen, Didier De Neck, Stéphane Fenocchi, Valérie Lemaître… / Scénographie et costumes : Charly Kleinermann et Thibault De Coster / Musiques et coaching vocal et rythmique : Daphné D’Heur / Création lumières :
Philippe Catalano

Laissez nous un avis !

2 Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Mardi 19 mars 2019, par Jean Campion

Autopsie d’un requin insatiable

Durant une période difficile de sa vie, Dennis Kelly a été fasciné par le pouvoir du mensonge : "En me fichant de la vérité, je pourrais manipuler les gens, avoir tout ce que je veux, sans me soucier des conséquences." N’étant pas psychopathe, il a chargé Gorge Mastromas de vivre cette illusion. A travers le destin de cet antihéros, l’auteur dénonce l’amoralisme contemporain et les dérives de l’ultra-libéralisme. Un conte noir qui mêle humour et violence.

Assis au milieu de la scène, un homme nous tourne le dos. Cinq scientifiques l’encadrent : ils vont disséquer son existence. Sur un rythme endiablé, ils entrecroisent leurs voix, pour décrire la conception accidentelle et la jeunesse insipide de Gorge Mastromas. Ecolier effacé, Gorge se réjouissait d’être l’ami préféré de Paul, la coqueluche de la classe. Quand, à cause de son obésité, celui-ci en devient la risée, Gorge lui reste fidèle. Lâcheté ou bonté ? La question revient comme un leitmotiv. A chaque étape de sa vie sentimentale. Il rêve de la belle Vanessa, mais n’osant pas partager sa vie aventureuse, se rabat sur Tania. En couple avec cette fille fade qu’il n’aime pas, il fait un gosse à une autre femme et la largue, parce qu’il ne l’aime pas davantage.

Quittant leurs blouses blanches, les comédiens deviennent des personnages, qui nous font vivre la métamorphose de ce raté. Conseiller d’un homme d’affaires aux abois, il est tenté par une louve de Wall street. Elle lui fait miroiter un avenir radieux au royaume de la finance, s’il pousse son patron à la ruine, en l’incitant à vendre son entreprise. Gorge hésite : rester lambda ou devenir un homme de pouvoir ? Sa signature avec le diable déclenche une ascension fulgurante. Requin impitoyable, il fait fortune, en appliquant quelques principes simples : Quand tu veux quelque chose, prends-le. Sers-toi de ta faculté de mentir. Ignore les conséquences et refuse les regrets. Le magnat sans foi ni loi tombe amoureux de Louisa. Elle lui résiste, il ment. Pour la séduire, il s’invente une enfance misérable. Cette autobiographie, où il accuse son père d’inceste, devient un best-seller, qui l’enrichit un peu plus. Il se croit invulnérable. Une illusion qui sera détruite successivement par son frère et son petit-fils.

L’auteur de cette fable revient sur une question qui le passionne : l’origine du mal. Comment un homme ordinaire comme Gorge Mastromas devient un salaud arrogant ? Observateur de sa déchéance, le choeur montre par cet "abattage rituel" qu’en piétinant la morale, il a perdu son humanité. Dennis Kelly souligne à nouveau la puissance destructrice de l’argent. Comme dans "Love and money", où il décrit une société déboussolée par l’obsession du fric. Gorge Mastromas se laisse convaincre par une manipulatrice, qui écrase de son mépris la grande masse de la population : "du bétail, des animaux qu’on doit parquer et parfois chasser." En le poussant à trahir son patron, elle le transforme en rapace insatiable, qui n’hésitera pas à la virer. Sacralisé par la société ultra-libérale, il se sent intouchable. Détestant le théâtre cérébral, Kelly se garde de tout didactisme. C’est en misant sur les émotions vécues par ses personnages qu’il s’efforce de nous alerter.

Ses thèmes sont récurrents, mais les constructions de ses pièces fort variées. En montant récemment "Taking care of baby", Jasmina Douieb s’est familiarisée avec l’écriture nerveuse, parfois surprenante du dramaturge anglais. Dans la mise en scène de ce spectacle, elle associe efficacement malice et âpreté. Des éléments mobiles transparents permettent de passer rapidement d’un lieu à un autre et peuvent suggérer une salle réfrigérée, où travaillent des médecins légistes. Une perception qui rend impertinent le ballet de ce choeur en blouses blanches. Ils se disputent la parole, pour souligner par des remarques cyniques, la médiocrité du jeune Gorge. Plus tard, ils s’amuseront à jouer les bruiteurs à l’ancienne. Cependant chaque comédien a l’occasion d’incarner avec talent un personnage : François Sikivie, un homme d’affaires paniqué, France Bastoen, une "executive woman" autoritaire, Valérie Lemaître une Louisa lucide et Manoël Dupont un petit-fils implacable. Muet, la moue parfois sarcastique durant le récit initial, Yoann Blanc dévoile progressivement la noirceur de Gorge. Stéphane Fenocchi, dans la peau de son frère, vibre d’indignation et lui tient tête crânement. Un duel poignant. Toutes les scènes n’ont pas cette intensité et on aimerait que certaines soient plus resserrées. Cette pièce est moins envoûtante qu’’"Orphelins", un thriller psychologique palpitant, monté avec un grand succès par le Théâtre de Poche en 2013. Mais elle confirme par sa force dramatique et son originalité que Dennis Kelly est un auteur contemporain majeur.

Jean Campion

Théâtre de Poche


Chemin du Gymnase, 1 A
1000 Bruxelles