How to disappear

Ixelles | Théâtre | Théâtre Varia

Dates
Du 22 septembre au 8 octobre 2022
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre Varia
Rue du Sceptre, 78 1050 Ixelles
Contact
http://www.varia.be
reservation@varia.be
+32 2 640 35 50

Moyenne des spectateurs

starstarstarstarstar

Nombre de votes: 1

How to disappear

Au départ, sur la scène, il y avait une jeune femme. Et, au fond d’elle-même, une envie persistante : disparaître. Faire faux bond au destin. Tout laisser derrière elle, comme ça, sans bruit, pour s’éclipser du monde. Se fondre dans le paysage. Un beau jour, elle décide de passer à l’action. Elle organise sa fuite, jusque dans les moindres détails. Une fois prête, elle s’échappe. Mais comme rien ne se passe jamais comme on l’avait prévu - dans la vie comme au théâtre, elle finit par refaire surface, sous des formes nouvelles, là où on ne l’attendait pas… 

Dans sa nouvelle création, Émilie Maquest ausculte un désir qui l’a longtemps traversée : disparaître de soi. Elle en donne une vision joyeuse et indisciplinée. Pour elle, la fuite est tout sauf un renoncement. Au contraire, elle invente une façon nouvelle de déserter, comme un élan vital brut, une force qui nous pousse à faire sécession et à entrer en résistance, face à un monde qui, trop souvent, nous assigne et nous restreint. En s’évaporant de son propre corps, elle nous entraîne avec elle, à la recherche d’une possible métamorphose. Elle recompose les morceaux disloqués de son identité, pour donner à sa vie un sens et des contours nouveaux. 

Avec How to disappear, Emilie Maquest chemine dans son désir de mélanger les disciplines artistiques, à la recherche de nouveaux points de fusion. Faisant appel aux mots, au mouvement, à la musique live ou encore à la magie, elle laisse éclater l’intériorité de son personnage, au sens propre, non sans une certaine jubilation. C’est ainsi qu’on la voit partir à la rencontre de ses propres organes, figurés au plateau à travers les sculptures troublantes d’Élodie Antoine, créées spécialement pour le spectacle. Seule face à son cœur, son foie et ses intestins, Émilie Maquest transgresse les limites du vraisemblable, avec une grande générosité. Elle engage avec eux un dialogue délirant, comme seul le théâtre peut en inventer. 

Distribution

Emilie Maquest

Laissez nous un avis !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Mardi 27 septembre 2022, par Didier Béclard

Disparaître pour exister

Dans « How to disappear », Emilie Maquest mélange les disciplines artistiques, texte, mouvements, musique live, arts plastiques, dans une quête d’identité nouvelle qui passe par la disparition, l’effacement de soi-même et la plongée dans son « moi intérieur ».

Le plateau est nu, seuls une batterie et un ordinateur s’appuient contre le mur côté cour. Le silence s’efface devant quelques notes de musique tandis qu’une colonne de fumigène s’échappe du plafond. Un brouillard se forme à mi-hauteur de la scène. Son corps déambule, la tête perdue dans le nuage. « Je peux apparaître, où je veux, comme ça d’un claquement de doigts. Je peux disparaître quand je veux, de la même façon, et ne jamais revenir, comme ça d’un claquement de doigts ».

Émilie, Raymonde, Geneviève, 37 ans, promet une décharge de réel intense qui se traduit immédiatement par le déchaînement de la batterie sous les baguettes de Boris Gronemberger. Elle envisage de quitter son corps, de disparaître pour exister, disparaître pour qu’on parle d’elle, à l’imparfait, mais qu’on parle d’elle. Elle est prête à tout quitter pour devenir l’héroïne de son propre « drame contemporain », pour devenir l’héroïne du roman des autres, pour occuper deux secondes leurs pensées et être le centre de monde.

Cette disparition lui permettrait également d’oublier de quoi elle est faite. Elle retire son gilet en forme de cage et décroche le cœur qui y était enfermé, le contemple tandis que le batteur se métamorphose en guitariste-chanteur et entame sa ritournelle : « j’t’en ai fait voir mon cœur »... La comédienne s’enfonce en elle-même pour tenter de se retrouver, après le cœur, ce sont les intestins avant d’en venir aux mains avec son foie. Les organes, fussent-ils vitaux, sont maltraités et elle encaisse les coups qui leur sont donnés.

Soulignons le travail remarquable de la plasticienne Elodie Antoine qui a façonné ces organes qui plus que de simples objets décoratifs sont de véritables personnages, triturés, manipulés, incarnant chacun une partie de la personnalité d’Élodie, Raymonde, Geneviève. A cela s’ajoute le travail sur la lumière et l’espace réalisé par Giacomo Gorini ainsi que le texte de Marie Henri.

Mais en dépit de ces éléments, la plongée dans les entrailles a perdu la cohérence qui présidait à l’introspection du début pour s’éteindre dans le chaos. Emilie Maquest nous perd lorsqu’elle entame son périple organique égotique. Ça part dans tous les sens et la quête d’identité de cette femme qui cherche à renaître se révèle, au final, un tantinet nébuleuse.

Didier Béclard

« How to disappear » d’Emilie Maquest jusqu’au 8 octobre 2022, au Studio Varia (anciennement le Petit Varia) à Bruxelles, 02/640.35.50, www.varia.be.

Théâtre Varia


Rue du Sceptre, 78
1050 Ixelles