Fúria

Bruxelles | Spectacle | Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Dates
Du 24 au 27 mai 2019
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre National Wallonie-Bruxelles
Boulevard Emile Jacqmain, 111 1000 Bruxelles
Contact
http://www.theatrenational.be
info@theatrenational.be
+32 2 203 41 55

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

Fúria

Multitude sauvage ou somme d’individus, neufs danseurs forment un collectif en mutation constante. Ils se frayent un chemin parmi des mondes hantés d’images, fulgurantes et paradoxales. Dans cette succession de tableaux, les corps connaissent la domination et la soumission, l’exubérance et le calme, la joie et la douleur. Tant qu’ils lui appartiennent, ils demeurent protégés de l’inquiétude et du vertige qui émanent de cet univers tumultueux. Dans cette dernière création, Lia Rodrigues s’arme d’une virtuosité et d’une créativité furieuses et réaffirme avec force son engagement politique de longue date. A l’image du Centro de Artes da Maré, le centre d’art qu’elle a initié en partenariat avec l’Association Redes da Maré dans la favela da Maré à Rio de Janeiro, Rodrigues ancre sa pratique chorégraphique dans le vivre-ensemble et son hétérogénéité la plus profonde. Avec Fúria, la chorégraphe brésilienne met en scène une procession instable où la célébration contient toujours déjà la révolte ou la guerre. Elle donne corps à une humanité virulente qui ne se dérobe pas devant l’altérité.

 

Les tickets seront mis en vente à partir du 12 avril : www.kfda.be

Laissez nous un avis !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Lundi 27 mai 2019, par Didier Béclard

Exubérance sauvage

« Fúria » de Lia Rodrigues, mélange joie et douleur, soumission et domination, dans une performance engagée sur le plan social et politique qui évoque le Brésil qui a basculé dans la droite extrême.

Des amas de chiffons et de plastiques jonchent le sol, un pan de tissu se dresse, un homme se lève. D’autres corps émergent et en traînent d’autres. La lumière s’affirme, des percussions – des chants traditionnels Kanak de Nouvelle Calédonie - , entêtants, envoûtants, vont accompagner tout le spectacle. Les danseurs, cinq femmes, quatre hommes, se traînent emportant dans leur sillage des morceaux d’étoffe ou de plastique.Ils vont déambuler comme cela, lentement, tout au long du spectacle, dans une succession de tableaux souvent endiablés, ponctué par moment de danse plus frénétique.

Comme une manifestation, une parade ou une procession, ce magma humain incarne une société de la débrouille, de la récup, à l’image du Brésil. C’est aussi l’allégorie d’un pays paupérisé où les inégalités se creusent et la violence rythme la vie quotidienne, tout comme la religion avec une allusion claire au candomblé, le culte des esprits du Brésil. Comme souvent chez la chorégraphe Lia Rodrigues, le groupe est une entité à part entière, multitude sauvage ou somme d’individus. Elle présente ici une expérience à la frontière du rite, de la danse, de la performance et de l’installation plastique. Le tout dans une ambiance fascinante de bout en bout avec comme petit bémol le monologue final et incompréhensible d’un homme masqué de rouge.

Didier Béclard

« Furia » de Lia Rodrigues au Théâtre National jusqu’au 27 mai, 02/210,87,37, www.kfda.be.

Théâtre National Wallonie-Bruxelles


Boulevard Emile Jacqmain, 111
1000 Bruxelles