Bad Boy Nietzsche ! - Sofie Kokaj

Schaerbeek | Théâtre | Théâtre Océan Nord

Dates
Du 17 au 28 septembre 2019
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre Océan Nord
Rue Vandeweyer, 63 65 1030 Schaerbeek
Contact
http://www.oceannord.org
info@oceannord.org
+32 2 216 75 55

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

Bad Boy Nietzsche ! - Sofie Kokaj

"Bad Boy Nietzsche !" de l’américain Richard Foreman, est un hommage drôle et absurde à l’auteur de "Zarathoustra", qui sombra dans la folie à la fin de sa vie. Les situations comiques, les problèmes insolubles et les incompréhensions, proposent une histoire condensée de l’art expérimental mais également un miroir déformant de notre Inconscient. Entêtements et parodies y côtoient des sujets profonds : les ethnocides, l’immigration, les empêchements (matériels et philosophiques) de l’existence, la langue « mal parlée », la mauvaise compréhension de l’autre, l’isolement, les rapports de force, l’amour informulé ou informulable, et enfin la « déraison ». La metteure en scène Sofie Kokaj s’empare de ce texte et convie les spectateurs à une expérimentation à travers les méandres de notre Inconscient.

Distribution

Texte original Richard Foreman – Adaptation et mise en scène Sofie Kokaj – Jeu et musique Anaïs Aouat, Romain Pigneul avec la participation de Joseph Olivennes – Conseillère scénographique Christine Grégoire

Production Théâtre Océan Nord

Laissez nous un avis !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Mercredi 25 septembre 2019, par Palmina Di Meo

Vertige créateur

Fondateur du Ontological-Hysteric Theater (1968), institution pionnière des théâtres d’avant-garde, Richard Foreman sera récompensé par une pléthore de prix dont celui de la Fondation MacArthur pour son apport innovateur au théâtre et ce, durant six années consécutives.
Une branche de l’Ontological-Hysteric Theater s’installe même en France début des années 80 et ses pièces sont toujours régulièrement présentées par des compagnies et des festivals aussi prestigieux que le New York Shakespeare Festival, La Mama, The Wooster Group et le Festival d’Automne à Paris.

En janvier 2000, Richard Foreman, écrit et met en scène Bad Boy Nietzsche, un hommage au philosophe devenu fou. « Quel délice si nous pouvions tous accéder à la folie qui se cache en nous ! », prône-t-il.
« Au 20e siècle, l’art n’a d’intérêt que s’il permet de renouer avec cette part réprimée de nous-mêmes. Mes pièces sont paradis car elles projettent la jubilation d’un monde où rien ne peut et ne doit s’expliquer, un monde dans lequel la communication n’existe pas. Elles cherchent à libérer les complexes/complexités étouffés et à prouver qu’on peut en savourer l’énergie avec délice. »
Il décrit son théâtre comme celui « de la coïncidence » et le but de ses représentations comme la « manipulation de la désorientation. »

C’est avec des jeunes comédiens que Sofie Kokaj effectue un travail d’expérimentation propre sur cette partition ludique de l’évolution de la pensée.

Ils sont quatre (Anaïs Aouat, Romain Pigneul, Joseph Olivennes, Sophie Sénécaut) à se livrer à un corps à corps avec un texte qui flirte avec l’enfance, l’appréhension borderline d’un monde sans âme. Y affleurent les préoccupations de la jeunesse : le rejet de la différence, l’errance, l’absurdité de la discipline. Exploration entrechoquée des relations aux êtres et aux choses, la pensée se libère hors de toute convention.

C’est la méthode Kokaj de partir d’images, de fragments pour saisir l’essence d’une œuvre. Faire du théâtre à partir d’un matériau non théâtral, c’est sa marque et si Foreman l’a séduite, c’est qu’il autorise la liberté la plus totale dans la mise en scène de ses textes. Ayant traduit la pièce, Sofie Kokaj met alors en abyme l’idéal de déconstruction de l’auteur car là où « Nietzsche voulait nous extirper de la morale qui nous conditionne, Foreman travaille à sortir le théâtre et l’art de ce qui est établi. »

Sur un plateau nu, encombré d’objets disparates, balisés d’écrans colorés, agrémenté de quelques instruments de musique, les comédiens vont effectuer un parcours de reconnaissance presque à l’aveugle. Tels des fantômes, ils vont chercher à donner un sens à leur présence. Baroque dans le verbe, minimaliste dans la forme, Bad Boy Nietzsche version Kokaj se vit comme un laboratoire de création avec ses doutes, sa part de hasard, sa confrontation au public.

Un peu lente au démarrage, on se laisse vite prendre à cette recherche ludique de cohérence, à ce chassé-croisé drôle et insolite où il est question de comprendre l’incompréhensible, d’affirmer l’irrationnel et de saisir ce qui se dérobe dans un quadrille sadomasochiste cruel, aléatoire et terriblement humain.

Théâtre Océan Nord


Rue Vandeweyer, 63 65
1030 Schaerbeek