Anti-héros

Namur | Spectacle | Théâtre Jardin-Passion

Dates
Du 15 au 19 octobre 2019
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre Jardin-Passion
r. Marie-Henriette, 39 5000 Namur
Contact
http://www.theatrejardinpassion.be
info@theatrejardinpassion.be
0472-96.53.16

Moyenne des spectateurs

starstarstar-halfstar-offstar-off

Nombre de votes: 3

Anti-héros

Venez découvrir Bart, comédien raté, ou ringard, en tout cas très mauvais acteur, qui a pourtant la prétention d’organiser une masterclass pour tous ceux qui rêvent de devenir acteur. Une incursion cynique, drôle et pleine de dérision dans les coulisses du Théâtre et du Cinéma.

Achille Ridolfi , Magritte du Cinéma du meilleur espoir masculin en 2014, propose aujourd’hui un seul en scène comique sur un thème qui le fascine : le mensonge. Inspiré de personnages existants ou ayant existé mais aussi de ses propres observations (castings, Noël en famille…), le comédien évoque ces êtres en mal de fiction qui, en s’inventant un monde, tentent simplement de survivre dans celui-ci. Admiratif du travail de Muriel Robin, Laurent lafitte ou Alex lutz, Achille Ridolfi recherche l’exigence et la délicatesse d’un humour aussi désopilant qu’émouvant, infusé de références pop.

Distribution

DE et AVEC
Achille Ridolfi.
MISE EN SCENE
Nathalie Ufnner.
COSTUMES
Laurence Van H.
LUMIERES
Alain Collet.
TOURNEE
Live Diffusion.
PRODUCTION
Théâtre de la Toison d’Or. Réalisé avec le soutien du Tax Shelter du Gouvernement Fédéral Belge, Casa Kafka Movie Tax Shelter empowered by Belfius

Laissez nous un avis !

2 Messages

  • Anti-héros

    Le 19 octobre 2018 à 19:08 par olimarbr

    un spectacle qui semble être à ces débuts,une bonne idée qui demande encore plus d’instantané et de surprise,mais à aller voir ,après plusieurs representations.

    Répondre à ce message
  • Anti-héros

    Le 19 octobre 2018 à 20:45 par soniaLUX

    Je n’ai pas retrouvé dans ce spectacle le descriptif annoncé. Bon je sais certains aiment ce type de one man show. A franchement parler le concept était bien mais il manquait un chouya pour le rendre amusant.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Jeudi 25 octobre 2018, par Titiane Barthel

Survivor

Achille Ridolfi, mis en scène par Nathalie Uffner, réalise son premier seul en scène avec brio et sensibilité, livrant une galerie de portraits entre caricature et profondeur.

Accueillis par le personnage insupportable de Jean-Sébastien Barth, grand comédien auto-proclamé, nous sommes peu à peu plongés dans l’itinéraire d’acteur d’Achille Ridolfi, que nous distinguons derrière le masque caricatural de Barth. On assiste ainsi à la fois à une leçon de théâtre, à un discours sur le cinéma, les castings, à une découverte de ce que signifie être acteur à travers différentes scènes de films, et jusqu’à un concert live, tout cela témoignant des nombreux talents d’Achille Ridolfi, jusqu’à atteindre le trop-plein, la lassitude. Apparaît alors face à nous, d’une humanité désarmante, l’acteur derrière le personnage. Après avoir reparcouru avec nous toutes les expériences, découvertes du métier d’acteur avec un humour au vitriol, celui-ci laisse finalement paraître la fatigue d’une vie passée à faire semblant d’être un autre, à tenter de sortir de l’ordinaire, pour finir par appartenir à un monde où tous les artistes se ressemblent.
Cette bascule est véritablement le point fort du spectacle : si Achille Ridolfi n’avait écrit qu’un one-man show, celui de Jean-Sébastien Barth, ce spectacle serait un bon spectacle de stand-up. Mais en quelques minutes finales, qui auraient pu constituer une partie entière, Achille Ridolfi renverse le sens de toute la performance qu’il vient de livrer. Peu à peu, celui-ci sème les indices d’un masque en train de se craqueler, d’abord en faisant semblant d’avoir un trou, plaçant ainsi le spectateur à un endroit de malaise qui vient questionner son rapport au théâtre et au comédien sur scène : Ridolfi questionne ainsi de manière intéressante le spectre du ratage qui hante tout spectacle de théâtre. Puis il abandonne véritablement son personnage, retirant sa perruque et tous les codes qu’il a passé une heure à poser, pour ramener cet univers de portraits à une image unique, celle d’un artiste en mal de sincérité. Décidant de renouer avec sa « vraie vie », il sors alors de la salle de spectacle, retirant ce code de la bête de scène, en frontal, face à son public, pour réaliser une chorégraphie filmée et retransmise dans la salle de Survivor, des Destiny’s Child. La boîte noire explose avec cette fenêtre sur l’extérieur, qui modifie les codes de représentation de manière jouissive, pour le comédien comme pour les spectateurs.
A travers cette performance d’acteur remarquable, Achille Ridolfi opère par l’humour et la caricature une traversée de sa propre expérience d’artiste, tout en remettant en question la notion de bête de scène. Un moment entre un acteur et son public finement exploité, entre déséquilibre et libération.

Théâtre Jardin-Passion


r. Marie-Henriette, 39
5000 Namur